Comprendre les cotes de rendement énergétique Energy Star®

La certification Energy Star facilite le choix des consommateurs dans l’achat des portes et fenêtres. Ces produits sont clairement identifiés au moyen d’étiquettes standard qui indiquent les zones climatiques pour lesquelles chaque produit est désigné. Les renseignements qui suivent vous aideront à comprendre le système de classement et le fonctionnement du programme Energy Star.

Comprendre les cotes de rendement énergétique Energy Star®

L’abc du programme energy star®

Les portes, fenêtres et puits de lumière homologués Energy Star réduiront de 7 % à 12 % les coûts d’énergie associés à votre résidence. Ils réduiront également les courants d’air, la condensation et la transmission sonore. Aux fins de ce programme, le Canada a été divisé en quatre zones climatiques, fondées sur un indicateur de température moyenne annuelle. La zone A est la plus tempérée et la zone D est la plus froide. Le programme Energy Star établit le rendement minimal qu’un produit doit avoir pour satisfaire aux exigences de chaque zone.

Quand vous ferez votre choix, assurez-vous que la fenêtre ou la porte que vous achetez est designée pour votre zone. Pour une meilleure économie d’énergie, choisissez un produit coté pour une zone plus froide : Plusieurs produits satisfont aux exigences pour plus d’une zone.

Les cotes de rendement énergétique d’un produit

Il y a plusieurs façons de mesurer le rendement énergétique des fenêtres et des portes. Les termes utilisés sont très techniques et nous allons les analyser un à un. On utilise le rendement énergétique (RE) ou facteur U pour catégoriser les produits dans le cadre du programme Energy Star.

  • Facteur U Le facteur U indique le taux de transfert de chaleur. Plus sa valeur est faible, plus le transfert de chaleur est lent d’une zone chaude à une zone froide.  Le facteur U est l’inverse de la valeur R, qui indique le pouvoir isolant des matériaux de construction. Ces deux valeurs ne tiennent pas compte de l’énergie thermique fournie par le rayonnement solaire à travers le verre.
  • Rendement énergétique (RE) :​ le rendement énergétique est mesuré en établissant un rapport d’équilibre entre le facteur U d’un produit, son coefficient de gain de chaleur solaire et son étanchéité à l’air. Cette valeur varie de 0 à 50. Plus ce nombre est élevé, meilleur est le rendement énergétique.
  • Le coefficient de gain de chaleur solaire (SHGC) :​ Le coefficient de gain de chaleur solaire (SHGC) varie de 0 à 100 et permet de mesurer, comme son nom l’indique, le gain thermique obtenu par le rayonnement solaire à travers le verre. Plus le chiffre est élevé, plus le gain thermique est grand.
  • Le coefficient de transmission visible :​ Le coefficient de transmission visible varie de 0 à 100 et indique la quantité de lumière visible pouvant traverser le produit. Plus le chiffre est élevé, plus la quantité de lumière visible qui traverse le produit est élevée.
  • Étanchéité à l’air et autres cotes d’efficacité :​ les produits testés doivent également satisfaire à des normes d’étanchéité à l’air et à l’eau en plus des normes de résistance à l'effraction.